CFA DES METIERS Dordogne
L'apprentissage, un choix qui a de l'avenir !
Alimentation Bois Ameublement Beauté Machinisme Agricole, Parcs et Jardins Auto-moto-cycles Electricité & Systèmes Electroniques Numériques

- PORTRAIT D’APPRENTI - Lucas Weiss, Madagascar a changé sa vie

Apprenti en Mention Complémentaire « Réalisation des circuits oléo hydrauliques et pneumatiques » au CFA des métiers de Boulazac, Lucas Weiss quitte Aniche et sa région du Nord natale une semaine par mois, pour préparer son diplôme en Dordogne. Il avait le choix entre Marseille et Boulazac ; il a choisi notre département, plus proche question conditions climatiques (notamment ces deux derniers mois) de son département d’origine

Après le collège, Lucas cherche sa voie. Confessant un passé d’élément perturbateur, il ne sait pas trop alors quoi faire de sa vie. Il intègre un lycée privé et une 3è E DP6, une classe permettant de redonner confiance aux élèves et d’envisager une orientation réaliste. Il découvre ainsi plusieurs métiers et choisit de préparer un BAC Pro électrotechnique. Cette expérience lui sera profitable, mais c’est surtout le projet pédagogique organisé par la directrice de son lycée, qui va en quelque sorte changer sa vie.
Il s’agissait de partir pour un séjour de deux semaines à Madagascar afin de contribuer dans nos corps de métiers différents, à la restauration d’une école. Pour ma part, cela concernait l’installation électrique. Il fallait écrire une lettre de motivation. J’ai été sélectionné. Les jeunes malgaches sont d’abord venus deux semaines chez nous. Il y avait une très bonne ambiance. Certains avaient fait des crédits pour se payer un passeport.
Lucas comprend à cette étape l’extrême pauvreté de ces jeunes et n’en est que plus convaincu de participer à ce beau projet. Il part donc avec d’autres élèves de son lycée à Madagascar. Il en reviendra marqué et différent.
Comme d’autres participants, j’ai été choqué par la grande pauvreté qui règne là-bas. Et pourtant, ils sont très généreux. Nous avons été notamment invités à un magnifique repas où il y avait des langoustes et plein de bonnes choses. J’étais partagé car je savais qu’ils ne mangeaient pas à leur faim et qu’ils s’étaient privés pour nous offrir cela, et en même temps refuser de manger les aurait vexés. Leur générosité m’a beaucoup touché.
 
 
La scolarité là-bas l’étonne aussi beaucoup par certaines de ses particularités, à commencer par les cours à la carte...
En fait, ils vont en classe comme ils veulent. Si par exemple ils sont en cours de français et qu’un copain vient les voir, ils décident d’aller faire un foot ensemble et quittent la classe. L’école où nous étions réunissait tous les niveaux confondus, primaire, collège et lycée.
La beauté des paysages qu’il admire lors de la deuxième semaine davantage consacrée au tourisme, laisse une empreinte indélébile sur Lucas. À son retour en France, il a déjà envie d’y retourner.
Il y a dans ma région une collaboration avec plusieurs pays dont Madagascar. Dès que j’aurais terminé ma mention complémentaire, je compte repartir pour un projet humanitaire car c’est très enrichissant.
Voilà pour les projets à court terme. Mais si l’on demande à Lucas de se projeter dans cinq ans... Je ne sais pas, je ne prévois pas. Je vis au jour le jour et me laisse guider.
Une belle philosophie de vie
C.Ribeyreix
- PORTRAIT D’APPRENTI - Lucas Weiss, Madagascar a changé sa vie
Toutes les actualités