CFA DES METIERS Dordogne
L'apprentissage, un choix qui a de l'avenir !
Alimentation Bois Ameublement Beauté Machinisme Agricole, Parcs et Jardins Auto-moto-cycles Electricité & Systèmes Electroniques Numériques

- PORTRAIT - RECONVERSION PRO - Patrice Roc, l'apprentissage à 50 ans !

Début octobre, Patrice a intégré le CFA des métiers de Boulazac afin de préparer un CAP maintenance des véhicules option motos. Après une carrière dans la mécanique automobile et le transport routier, il a entrepris une reconversion professionnelle. À 50 ans, il retrouve durant sept mois l’ambiance potache d’une classe d’apprentis.
Après l’obtention d’un CAP de mécanique automobile en 1986, Patrice effectue son service militaire et valide notamment durant cette période les permis voiture, petit camion et bus. À son retour, il trouve un emploi de chauffeur dépanneur automobile qu’il exerce durant trois ans, avant de suivre son amie à Bordeaux où il va travailler comme mécanicien auto. Mais le chômage vient perturber sa carrière professionnelle et il a alors l’opportunité de devenir agent de sécurité.
Ce métier ne me déplaisait pas, même s’il était alimentaire. Je l’ai exercé pendant quatorze ans. Je travaillais la nuit, un week-end sur deux et les jours de fêtes. Je pouvais m’occuper de mes filles l’après-midi mais j’avais peu de vie sociale et de vie de famille.
 
Patrice décide alors de suivre une formation pour valider un titre professionnel de chauffeur routier avec option camion remorque. Avec le permis moto passé depuis, il peut conduire tout type de véhicule.
J’ai fait dix ans de route. Je partais souvent pour la semaine avec la saison hivernale particulièrement chargée. La vie de famille s’en ressentait à nouveau, aussi je me suis dit que c’était peut-être le moment de créer ma propre entreprise et devenir patron.
La mécanique automobile ne l’emballe pourtant pas. Il déplore le fait qu’il n’y a plus vraiment de recherche de panne avec la valise de diagnostic et pense que le domaine de la moto peut s’avérer plus intéressant pour lui.
J’apprécie la mentalité motarde, il y a une forme de solidarité qu’il n’y a plus forcément dans d’autres domaines. J’aurais pu exercer avec ma formation en mécanique auto mais je voulais une légitimité par rapport à mes futurs clients.
 
Et c’est ainsi que Patrice suit, deux semaines par mois deux classes, une de CAP 1ère année et une de 2ème année. Les apprentis se sont questionnés à son arrivée. Était-ce un nouveau prof, un nouveau surveillant ? Et puis la glace a été vite rompue.
Tout le monde me vouvoyait. Je leur ai dit alors que j’étais assez vieux comme ça et qu’ils pouvaient me tutoyer. Depuis, tout va bien, il y a une bonne convivialité et une bonne ambiance.
 
C.Ribeyreix
- PORTRAIT - RECONVERSION PRO - Patrice Roc, l'apprentissage à 50 ans !
Toutes les actualités