CFA DES METIERS Dordogne
L'apprentissage, un choix qui a de l'avenir !
Alimentation Bois Ameublement Beauté Machinisme Agricole, Parcs et Jardins Auto-moto-cycles Electricité & Systèmes Electroniques Numériques

- PORTRAIT D'APPRENTI - Jérémie LLOSA, un ébéniste philosophe

À 31 ans Jérémie Llosa prépare un CAP d’ébéniste au CFA des métiers de Boulazac depuis le mois
de septembre 2017 et le moins que l’on puisse dire, c’est que son parcours est tout à fait atypique.
Son père lui a très tôt transmis une philosophie de vie extrêmement ouverte et précieuse, en lui disant : « Tout est vrai et tout est faux à la fois, ouvre-toi et cherche ta vérité ». Et c’est ce qu’il a fait...

Originaire de la région de Chambéry, Jérémie ne trouve pas sa voie à l’école et aspire à autre chose. Aussi, il arrête à 16 ans et s’investit dans le domaine de la vente. Au début, il commercialise des jeux vidéo, est rédacteur pour un site internet, puis devient vendeur en porte à porte de prises de vue aériennes. Mon père était dans ce secteur d’activité et m’a tout transmis. En fait, un hélicoptère prenait des maisons en photos. Je devais récupérer ces photos, les identifier et proposer des agrandissements sur toiles par exemple aux propriétaires.

L’école de la vente est assurément un moyen de mieux se connaître soi-même et de percevoir encore mieux la nature humaine. Au niveau de l’ego, c’est parfois difficile de se faire claquer la porte au nez, il faut accuser le coup. J’en retire une meilleure connaissance de moi. Plus on se connaît soimême, plus on en apprend sur la vérité de l’autre. Cette expérience a structuré la suite de mon parcours. Le contact humain m’a poussé à développer ce rapport à l’autre en général.

Ecole de la vie, la vente n’est pas toujours synonyme de stabilité, aussi, Jérémie décide de changer de voie. Passionné par l’hypnose depuis toujours, il se renseigne pour se former à cette discipline ainsi qu’à l’EFT (Emotional Freedom Techniques). J’ai voulu me renseigner pour mieux vivre moimême et éventuellement pour proposer aux autres des manières d’y arriver aussi. Je me suis donc formé. L’être humain étant selon moi conditionné d’une certaine façon, il s’agit de le déconditionner notamment grâce à l’EFT, thérapie comportementale et cognitive permettant de le faire grâce à des tapotements alternatifs sur des points sensibles et réflexes. Elle agit relativement rapidement et surtout rend la personne autonome. L’hypnose ouvre davantage sur une meilleure connaissance de soi-même tout en permettant de dépasser ses limites mentales.

En 2014, il crée son autoentreprise. Et ça marche plutôt bien dès le départ. Grâce à Internet en général et à Skype en particulier, il touche une clientèle internationale notamment au Canada où il compte quelques amis. Mais comme l’hypnose est une thérapie brève, on n’est pas censé garder les clients, aussi il y a beaucoup de flux. L’hypnose, tout comme l’EFT sont des techniques relativement rapides, la guérison s’observe en termes de séances celles-ci dépendant bien sûr des personnes. Au CFA, j’ai pu par exemple soulager un jeune qui avait des maux de tête quasiment instantanément par l’EFT.Quant à l’hypnose, elle s’avère particulièrement intéressante au niveau des addictions.Ça a d’abord fonctionné sur moi puisque j’ai arrêté le tabac et l’alcool. J’ai commencé à fumer à l’âge de 11 ans et à 14 ans je fumais deux paquets par jour. Pratiquement du jour au lendemain, j’ai tout stoppé.

Mais aujourd’hui Jérémie est papa d’une petite fille et il avait envie de lui transmettre quelque chose de plus tangible et de concret. Je n’ai pas que l’hypnose comme passion ; j’ai aussi la philosophie, le bois, le bricolage. J’ai choisi le bois car lorsque j’étais enfant, je le travaillais souvent avec mon grand-père. C’est également par rapport à mes objectifs futurs, car j’ai le projet de créer un gite et d’y associer mon futur métier d’ébéniste. À côté, cela ne m’empêche pas de rester hypnothérapeute, et philosophe.

Auteur d’ouvrages de communication, de développement personnel, Jérémie a également écrit un
livre de philosophie appliquée dont il doit adresser le manuscrit à une maison d’édition dès qu’il aura un peu de temps. Grâce entre autres à mon père, à son ouverture et sa tolérance, j’ai pu m’auto éduquer. Je me suis posé de nombreuses questions, j’ai beaucoup lu, mais surtout j’ai acquis très tôt la croyance en la synchronicité ; le fait que l’on peut se connecter avec ce que l’on veut de manière presque automatique. J’ai suivi son conseil et j’ai trouvé ma Vérité.


C.Ribeyreix

- PORTRAIT D'APPRENTI  - Jérémie LLOSA, un ébéniste philosophe
Toutes les actualités