CFA DES METIERS Dordogne
L'apprentissage, un choix qui a de l'avenir !
Alimentation Bois Ameublement Beauté Machinisme Agricole, Parcs et Jardins Auto-moto-cycles Electricité & Systèmes Electroniques Numériques

- PORTRAIT - Développer l’apprentissage, le pari de Léa !

Léa Virvaleix, apprentie en BTS Négociation Relation Client (NRC), effectue sa formation professionnelle de chargée de développement au CFA des métiers de Boulazac en alternance avec la CCI, depuis la fin du mois de septembre. Son implication, son aisance relationnelle, saluées par Sylvie Pradeau, révèlent indéniablement une adaptation rapide.

Pourtant, Léa a réorienté sa trajectoire professionnelle. Elle qui voulait depuis toujours devenir infirmière, a renoncé après avoir validé sa première année d’études.

Cela ne correspondait pas à mes attentes. Quinze semaines de stage m’ont permis de mesurer à la fois la charge administrative importante du métier, mais également et surtout le fait que les infirmières, qu’elles soient libérales ou dans un établissement, n’ont plus le temps pour l’aspect relationnel du métier pour lequel j’avais choisi cette voie. Elles enchaînent les patients et je ne me voyais pas m’épanouir ainsi.

Léa recherche alors une formation commerciale qui lui permettrait de concilier les relations humaines sans être dans une posture axée uniquement sur le produit à vendre à tout prix, mais plutôt sur le conseil et l’accompagnement. La CCI lui propose alors d’effectuer un BTS NRC au CFA des métiers en tant que chargée de développement. Métier complexe, nécessitant à la fois la maîtrise des dispositifs de formation, des diplômes préparés, des formalités, un accompagnement des entreprises mais aussi des apprentis ou futurs apprentis. Cette variété d’activités n’est pas pour déplaire à Léa qui a déjà pu tester ses qualités relationnelles et sa rigueur professionnelle lors de missions ponctuelles à valeur ajoutée.

J’ai effectué un suivi téléphonique des entreprises ayant recruté des jeunes en première année de CAP. J’ai ainsi fait un point avec les maîtres d’apprentissage sensibles à la démarche. Lorsque certains m’ont fait part de quelques difficultés avec leur apprenti, j’ai reçu les jeunes concernés. Ça s’est plutôt bien passé.

Léa s’est ainsi attachée à effectuer de petits rappels à l’ordre concernant des pannes de réveil ou une motivation en berne, démarche utile et productive car l’apprentissage n’étant pas un long fleuve tranquille, il est indispensable de pointer rapidement de petites baisses de régime et éviter ainsi des ruptures de contrat, coûteuses pour l’entreprise et dommageables pour le jeune.

Léa a également recensé les besoins de structures nouvellement créées et a travaillé sur une liste de vœux fournie par le rectorat, de jeunes en troisième intéressés par l’apprentissage.

Lorsque l’on interroge Sylvie Pradeau sous la houlette de laquelle Léa travaille, elle ne tarit pas d’éloges.

Léa a indéniablement des aptitudes par rapport à la fonction commerciale ; rigueur, bonne aisance relationnelle, qu’il s’agisse de contacts avec les entreprises comme avec les jeunes. Elle est impliquée dans ce qu’elle fait. Tout est réuni pour qu’elle progresse efficacement.

Pas de doute, Léa a bien trouvé sa voie et l’accompagnement qu’elle proposera, s’il n’est pas médical, n’en sera pas moins humain et bienveillant.

 

Christine Ribeyreix

- PORTRAIT - Développer l’apprentissage, le pari de Léa !
Toutes les actualités