CFA DES METIERS Dordogne
L'apprentissage, un choix qui a de l'avenir !
Alimentation Bois Ameublement Beauté Machinisme Agricole, Parcs et Jardins Auto-moto-cycles Electricité & Systèmes Electroniques Numériques

- QUE SONT-ILS DEVENUS ? - Quentin Bernier, No pain, no gain !

Voilà un an et demi que Quentin Bernier s’est installé à Champagnac de Belair, berceau de son enfance, après avoir obtenu un BEP de boulanger, une Mention Complémentaire de pâtisserie boulangère, un Brevet professionnel et un Brevet de maîtrise en boulangerie. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’est plu au CFA des métiers de Boulazac ;-)

Huit années dont je garde de très bons souvenirs. Ça changeait de l’école. J’aimais bien le rythme
d’alternance car ça permettait des coupures avec l’entreprise. J’ai beaucoup appris mais je dois avouer que même si j’aimais mon métier, j’ai surtout eu le déclic à partir du Brevet professionnel ! Durant mon séjour en MFR, j’avais fait des stages, notamment en boulangerie, et c’est ce dernier qui m’a convaincu de choisir ce métier. J’aime le contact avec la pâte, le fait que la fabrication est rapide car je ne suis pas très patient !

Quentin aime tout particulièrement la liberté qu’il a aujourd’hui de créer des recettes différentes. Trois nouveaux pains sont ainsi venus dynamiser la petite boulangerie de Champagnac de Belair, pour le plus grand plaisir de ses clients.
Il y a « La Création », une boule de farine de tradition avec de la farine de seigle. Le temps de
fermentation inhabituel de 48h lui donne un goût différent que les clients apprécient bien. J’ai ensuite créé « Le King », un pain qui mélange des farines de blé, de seigle et de tradition avec l’ajout de sept graines. Et enfin « Le Mythique », un pain à base de figues, de noix et de raisins. Si la clientèle a eu du mal au début, à présent les gens râlent quand je prends des vacances !

S’il connaît et maîtrise parfaitement son métier, Quentin s’est vite rendu compte que la pâtisserie manquait dans la boutique. Il a eu alors la bonne idée de contacter une ancienne apprentie du CFA des métiers, Nadège Le Mazier (Les douceurs de Nadège, pâtisserie artisanale sur commande). Elle a un peu hésité car elle n’avait jamais eu ce type d’expérience, mais très vite elle a accepté et depuis un an, elle commercialise ses gâteaux dans ma vitrine le samedi et le dimanche et ça marche très bien.

Lorsqu’on lui demande ce qu’est un bon artisan boulanger, Quentin n’hésite pas ; sa réponse est rapide et spontanée. C’est avant tout quelqu’un qui aime son métier, qui est motivé, car c’est très dur physiquement, il ne faut pas avoir peur de faire beaucoup d’heures, mais c’est aussi et surtout quelqu’un qui sait être à l’écoute de ses clients, qui ne reste pas sur ses acquis.

Ce sont les Champagnacoises et les Champagnacois qui ont de la chance :-)


Christine Ribeyreix

- QUE SONT-ILS DEVENUS ? - Quentin Bernier, No pain, no gain !
Toutes les actualités